Recevoir la newsletter

Mr Gwyn – Alessandro Baricco

Mr Gwyn Alessandro Baricco
Mr Gwyn – Alessandro Baricco
(Mr Gwyn, 2012)
Folio, 2015, 224 pages
Traduction de Lise Caillat


Jasper Gwyn est un romancier à succès. Pourtant, quand il publie dans The Guardian la liste des cinquante-deux choses qu’il ne fera plus, on peut y lire en dernière position : écrire un roman. Son agent croit à une baisse de régime, voire, pourquoi pas, à un coup marketing. Mais quand Jasper Gwyn lui confirme son intention de ne plus jamais écrire de roman, Tom comprend qu’il est tout à fait sérieux.
Cependant, Jasper Gwyn ne sait pas ce qu’il va faire. Sa rencontre avec « la dame au foulard imperméable » sera décisive et au bout de sa réflexion émergera une idée un peu folle mais fantastique et totalement hors norme.


L’idée développée par Baricco est tout à fait séduisante que ce soit quant à la réflexion à laquelle elle conduit que la forme qu’elle prend. Le second point rend la lecture plaisante et le premier confère au roman son intérêt et sa profondeur.

L’auteur s’interroge sur la définition de l’art, la place de l’artiste et de son modèle, notre rôle aussi en tant que modèles potentiels et en tant que personnages de nos vies, d’un schéma plus grand que nous et qui nous échappe.
Ce n’est pas grandiloquent, bien au contraire. L’auteur a même tendance à créer une routine parfois ennuyeuse. Il faut attendre la fin pour que le projet de Gwyn se révèle et nous épate. Entretemps, des temps morts sont à craindre malheureusement.

Cela dit, c’est une histoire plein d’inventivité dans les détails ; c’est ce qui retient le lecteur plus que toute réflexion présentée comme telle. De même, les personnages sont attachants (avec une mention spéciale pour « la dame au foulard imperméable » qui mériterait un roman qui lui soit dédié) et on termine le livre en ayant le sentiment de les connaître depuis toujours, à l’exception de Gwyn qui restera finalement assez distant jusqu’au bout.


La fin réserve de très beaux passages : on voudrait tout recopier, on voudrait le partager mais si vous n’avez pas encore lu le roman, cela pourrait tout gâcher d’en connaître l’issue du moins sur le plan des idées.