Recevoir la newsletter

Le Viêtnam ancien – Anne-Valérie Schweyer

Le Viêtnam ancien – Anne-Valérie Schweyer
Les Belles Lettres (collection Guide des Civilisations), 2005, 319 pages


Ce livre est avant tout un guide présentant une civilisation sur une période donnée (ici entre les Xèmeet XVème). L’éditeur indique qu’il peut être lu comme n’importe quel livre, de la première à la dernière page (ce que j’ai fait), comme un support d’études (et la présentation est plutôt orientée dans ce sens) ou encore comme un recueil de références précises à retrouver grâce à l’index.


Le Viêtnam est issu de la « fusion » de deux pays : le pays cam, au sud, influencé par l’Inde, et le pays viêt, au nord, influencé, voire colonisé, par la Chine. Les terres correspondant à l’Annam actuel étant le lieu d’échauffourées territoriales.
Le choix de la période n’est pas un hasard. En effet, c’est à partir du Xème siècle que les Viêt prennent leur indépendance de la Chine et c’est au XVème siècle que s’en est plus ou moins fini du pays cam : le Viêtnam est né.

L’ouvrage se divise en deux parties :
> Campā et Đai Viêt qui présente l’histoire, le territoire, l’organisation sociale et politique, ainsi que la vie économique des deux pays.
> Les Cam et les Viêt qui évoque, cette fois, des aspects relevant plutôt des pratiques de chaque peuple en matière de mesure du temps, de religion, littérature, arts. Un sous-chapitre un peu fourre-tout est également dédié à la vie privée. La distinction opérée n’est pas anodine car, si j’ai parlé d’influence plus haut, il s’agit aussi, et peut-être avant tout, de deux ethnies différentes (les Cam étant une population austronésienne tandis que les Viêt sont des austro-asiatiques).


Il est laborieux de résumer un tel ouvrage puisqu’il touche à tout ce qui constitue une civilisation, comme le découpage du livre le démontre. La première partie est d’ailleurs fort complète et m’a semblé quasiment se suffire à elle-même, la seconde venant plutôt apporter des précisions.
Globalement, on retient que les Viêt étaient plus « organisés » que les Cam (ce qui leur permettra, en dernier lieu, de prendre l’ascendant sur ces derniers). Par exemple, leur système politique centralisé leur a rapidement conféré une certaine cohérence en tant qu’Etat (avoir une armée, un dirigeant identifié, des institutions, etc. est un avantage certain face à un peuple doté de plusieurs chefs de royaumes qui apparaissent et disparaissent au gré des renversements de tendances, pouvoirs) De même, le recours à l’écrit, inspiré par la pratique chinoise, a permis aux Viêt, non seulement de garder des traces de leur histoire (même si les Chinois brûleront et/ou pilleront quantité de documents), mais aussi de donner une dimension plus ferme et officielle aux actes émanant du pouvoir en particulier (à noter que l’écrit restera un privilège et qu’il ne faut pas croire que le peuple Viêt dans son ensemble en usait, bien au contraire).

On retrouve quelques traits appartenant au monde occidental « ancien » comme l’influence de la religion et la division de la société entre le pouvoir et sa cour plus ou moins étendue et le peuple. En matière de religion, cependant, les deux peuples font preuve d’une grande tolérance (plus les Cam que les Viêt) et mêlent les diverses croyances, y compris populaires. De même, le pouvoir va s’appuyer sur la religion, soit pour se justifier (c’est surtout marquant chez les Cam), soit pour modeler la société. Dans le second cas, en pays viêt, il s’agira surtout d’une alternance entre bouddhisme, religion marquée par la compassion, et confucianisme, philosophie plus pragmatique (comprendre : « hiérarchie », « administration », …) fondée sur le mérite et qui aura, par exemple, comme répercussion la mise en place d’examens et de concours afin d’accéder à certaines fonctions au sein de l’Etat.

Bien que cette lecture soit exigeante, elle est aussi passionnante. Elle donne envie de lire d’autres textes de ce genre sur l’évolution du Viêtnam, mais aussi sur d’autres civilisations. Ajoutons à cela que le livre est très bien conçu et qu'il donne envie de revenir vers cette collection.