Recevoir la newsletter

La femme de l'Allemand – Marie Sizun

La femme de l'Allemand Marie Sizun
La femme de l’Allemand – Marie Sizun
Arléa, 2007, 250 pages


Elles sont deux. Fanny et Marion. L’une est la mère, l’autre la fille. Elles vivent ensemble dans ce Paris de l’après-guerre, plein de promesses et de blessures encore ouvertes.

Marie Sizun met en valeur, mais sans exagération malvenue, la douleur de l'histoire vécue par Marion. Entre sa filiation avec un Allemand et une mère souffrante de troubles maniaco-dépressifs, Marion part dans la vie avec un double-poids. Pourtant, grâce à cette mère, certes malade mais aussi fascinante, elle va pendant longtemps vivre cette situation avec naturel. Sa maman est différente ? Et alors ! Son père est Allemand ? C'est exotique et en plus il est mort, ce qui rend son souvenir encore plus mythique.

Marion traverse des épreuves impitoyables. Elle est prisonnière de la folie de sa mère dont la « différence » la fascinait pourtant quand elle était enfant. Elle apprendra, au fil des événements, combien l'amour ne peut pas toujours tout, notamment sauver sa mère de la maladie. Mais sa façon de lutter pour préserver sa mère, ses déchirements entre l'amour qu'elle lui voue et la nécessité de la trahir pour qu'elle soit soignée vous prennent à la gorge.

Au-delà de cette relation mère-fille particulière, l’auteur aborde le thème des racines et du secret, de la façon de vivre un état de fait qu'on ne peut changer, comme d'être née de père Allemand à la fin de la seconde guerre mondiale. Marion devra faire preuve de patience pour reconstituer les faits. Mais quelle est la part de vérité dans ce qu'elle entend ? En décodant l'histoire de sa mère, elle apprendra aussi à se construire.


Ce livre est poignant, d'une beauté absolue et cruelle. Il se lit d’une traite, comme si le lecteur était aspiré dans la tourmente de Marion et de sa mère.