Recevoir la newsletter

L’aviatrice – Paula McLain

L'aviatrice - Paula McLain
L’aviatrice – Paula McLain
 (Circling The Sun, 2015)
Presses de la Cité, 2015, 400 pages
Traduction d’Isabelle Chapman


Ce livre est une biographie romancée de Beryl Markham (nom de son second époux). Elevée au Kenya par son père et ayant fréquenté les Kipsigi vivant là, Beryl va recevoir une éducation non conventionnelle. Elle va tracer sa route en se moquant des convenances, créant le scandale notamment du fait de ses liaisons. Première femme entraîneur de chevaux, elle fera surtout parler d’elle en tant qu’aviatrice.


Paula McLain sait comment embarquer le lecteur. Elle s’attache à décrire l’Afrique dans toute sa beauté et mène l’intrigue tambour battant. C’est un roman qui se lit facilement, dans lequel on se laisse prendre.
Le livre s’achève avant que Beryl Markham ne s’engage tout à fait dans la voie de l’aviation. C’est un choix judicieux : plus que les prouesses de Markham dans ce domaine, c’est la façon dont elle a été amenée à prendre ce virage qui est intéressante. Qui était-elle ? Comment s’est-elle construite ? Voilà à quoi répond ce livre et c’est par moment passionnant.

En effet, à défaut d’être attachante, Beryl Markham a surtout mené une existence peu commune. Son éducation en marge en a fait une personne différente de celles de son milieu. Comparée à Karen Blixen que l’on retrouve abondamment dans ces pages, elle est plus libre et aventureuse (alors même que Blixen n’était pas pantouflarde). Blixen avec laquelle elle partagera un amant, Denys Finch Hatton (à noter que si vous avez vu Out of Africa, il vaut mieux garder l’image de Redford si vous voulez rêver un peu, plutôt que celle du vrai Finch Hatton avec son visage de fillette).

Qu’elle ait grandi en Afrique en fait aussi un personnage à part dans la communauté des colons. Elle fréquente essentiellement le monde des Blancs mais est imprégnée, depuis son plus jeune âge, de la culture des Noirs. Son ami le plus proche, avec lequel elle a grandi, est d’ailleurs un indigène. Cela affecte évidemment sa vision du monde.

Le livre tire aussi son intérêt des personnages qui entourent l’héroïne. J’ai cité Blixen et Finch-Hatton mais il y a beaucoup de personnages secondaires hauts en couleur et généralement inconnus sur lesquels on voudrait en savoir plus tant leurs vies ont l’air également passionnantes.

On pourra regretter les trente dernières pages, un peu trop larmoyantes à mon goût. C’est surtout l’enfance, la jeunesse de cette femme qui m’ont retenue, plus que ses déboires amoureux par exemple. Je suis néanmoins reconnaissante à l’auteur de ne pas en avoir trop fait quant à deux sujets délicats : l’abandon de Beryl par sa mère et l’abandon qu’elle dû elle-même faire de son enfant.


C’est un roman qui se lit vite et avec plaisir et qui ferait un beau film.



Ce livre m’a été transmis par l’éditeur.