Recevoir la newsletter

Ce qui est arrivé aux Kempinski – Agnès Desarthe

Ce qui est arrivé aux Kempinski Agnès Desarthe
Ce qui est arrivé aux Kempinski – Agnès Desarthe
Editions de l’Olivier, 2014, 204 pages


Les fictions d’Agnès Desarthe ont cela en commun qu’elles plongent leurs racines dans un univers à l’imagination foisonnante qui peut être déconcertante. Dans Comment j’ai appris à lire, l’auteur nous donne à voir l’enfant qu’elle fut : son goût pour les jeux de mots, l’ambigu, la multiplicité des sens, la liberté en somme.

Agnès Desarthe n’est pas faite pour ceux qui aiment les histoires tirées au cordeau, avec une chute bien nette et une leçon bien ficelée à emporter avec soi comme le gâteau du dimanche.
Ses nouvelles sont comme des petits cailloux que l’on ramasse pour en observer les particularités et que, parfois, l’on empoche parce que, même si l’on ne saurait dire pourquoi, ils ont touché quelque chose en nous. Ce n’est pas qu’ils nous « plaisent », la question n’est pas là, mais bien dans ce qu’ils réveillent inconsciemment, ce qu’ils suscitent en nous sans que l’on puisse nécessairement formuler ce sentiment.

Ces histoires donnent l’impression de se présenter à rebours en ce que nombre de personnages voient leurs vies éclore ou reconnues alors que l’essentiel est déjà passé (Lettre ouverte – ma nouvelle préférée, La table de MendeleïevLe discipleLe Comité, …).
Si certaines sont frustrantes, voire incompréhensibles, ce recueil est comme un lieu que l’on découvre : plus on avance, plus on devient familier avec ses particularités pour finalement arriver à se repérer les yeux fermés comme si on était chez soi.

Si ces quatorze textes devaient avoir un point commun, ce serait le non-dit : il se passe toujours quelque chose mais on n’en parle pas et ce n’est pas la peine car l’art de la nouvelle n’est pas là. Il réside dans l’intensité de l’écriture, des vignettes, des scènes – c’est un art en creux où tout l’intérêt réside dans ce que l’auteur a choisi de ne pas écrire et, à ce titre, Agnès Desarthe s’en sort fort bien.


Ce livre m'a été transmis par l'éditeur.