Recevoir la newsletter

Frankenstein à Bagdad – Ahmed Saadawi



Frankenstein à Bagdad – Ahmed Saadawi
Frankenstein à Bagdad – Ahmed Saadawi
 (Fraankishtaayn fii Baghdaad, 2013)
Piranha, 2016, 380 pages
Traduction de France Meyer


Dans le quartier de Batawin, à Bagdad, en ce printemps 2005, Hadi le chiffonnier récupère les fragments de corps abandonnés sur les lieux des attentats qui secouent la ville pour les coudre ensemble. Il raconte à qui veut bien lui payer un verre qu’une âme errante a donné vie à cette mystérieuse créature qui écume désormais les rues pour venger les innocents dont elle est constituée.


Ce qui marque dans ce roman, c’est la vitalité qu’il dégage : il y est question de morts violentes et de dangers quotidiens mais c’est la vie qui laisse une trace dans l’esprit du lecteur. Les personnages sont inoubliables, l’ambiance de Bagdad aussi ; on apprend à connaître l’âme de la ville, à sentir son cœur battre.

C’est un roman qui mêle le réalisme de la situation à Bagdad où les forces en présence s’affrontent à coups d’attentats et d’échauffourées et la créature fantastique du Sans-Nom, les croyances et autres superstitions d’une vieille dame qui espère le retour de son fils de la guerre depuis vingt ans et celles de tout un peuple qui n’a plus que la magie et les rêves pour espérer.
Le Sans-Nom, allégorie de tout un peuple, est « fait de rognures humaines renvoyant à des ethnies, des tribus, des races et des milieux sociaux différents,[et] représente ce mélange impossible qui n’a jamais été réalisé auparavant. » Il effraie et subjugue à la fois.

Ahmed Saadawi évoque aussi bien la vie des petites gens et de leurs mesquineries que celles des puissants qui essaient de conserver leurs places au fil des changements de régime, prêts à toutes les compromissions.

On se laisse embarquer immédiatement dans ce conte des mille et unes vies du Sans-Nom. Le lecteur curieux découvre un pays mal connu et ses habitants dont les aspirations sont universelles.

Frankenstein à Bagdad est un roman dépaysant à découvrir.


Ce livre m’a été transmis par l’éditeur.