Recevoir la newsletter

Un voyage à Berlin – Hugo Hamilton

Un voyage à Berlin Hugo Hamilton Nuala O'Faolain
Un voyage à Berlin – Hugo Hamilton
 (Every Single Minute, 2014)
Phébus, 2015, 272 pages
Traduction de Bruno Boudard


Lors d’un voyage à Berlin, Liam et Úna, se souviennent et partagent des moments-clefs de leurs vies. Ils se dévoilent avec une franchise particulière, peut-être parce qu’au-delà de leur amitié sincère, l’une va bientôt mourir et n’a donc plus rien à perdre tandis que l’autre sait qu’il peut se confier sans réserve à quelqu’un qui ne sera plus là prochainement.


> Liam et Úna, ce sont Hugo Hamilton et Nuala O’Faolain. S’il n’est vraisemblablement pas nécessaire de connaître les deux écrivains pour apprécier ce roman, il est évident que son approche est différente en fonction des références du lecteur. Cela semble d’autant plus vrai en ce qui concerne O’Faolain car outre ses livres autobiographiques, ses fictions sont imprégnées de sa personne, de sa vie.

> Ce voyage a réellement eu lieu et Nuala O’Faolain, disparut peu de temps après. Un excellent article du Guardian rapporte quelques éléments à la fois intéressants et tristes, comme le fait que certains aient jugé la démarche d’Hamilton opportuniste alors même que ce livre est, sans la moindre ambiguïté, un hommage à une amie disparue.
Certes le narrateur ne se gêne pas pour pointer certains défauts de son amie mais il ne se ménage pas non plus. En outre, l’amitié réside dans l’acceptation de l’autre avec ses côtés moins glorieux et les deux figures ont des caractères bien trempés. Les gestes du narrateur envers son amie témoignent également de sa grande affection : il tient à son rôle de protecteur ; il se sent responsable d’un être fragile physiquement.

> L’écriture a un côté factuel et presque trop pudique, qui a tendance à laisser le lecteur à distance à quelques exceptions près. Pourtant les protagonistes évoquent des sujets intimes mais la voix de Liam semble vouloir les dépassionner et Úna passe, par opposition, pour une personne capricieuse. La malade paraît plus vivante que l’homme en bonne santé. On peut imaginer qu’il s’agit simplement de rendre compte des caractères différents des deux amis.

> Liam entremêle les discussions et ses propres pensées avec la narration des visites mais aussi des détails triviaux révélateurs, pour certains, de la maladie d’Úna. D’une certaine façon, tout cela est intéressant mais rassemblés en un seul roman cela donne un sentiment de dispersion. Or la narration manque de rythme et l’ennui n’est jamais bien loin.
En ce sens, être attaché à au moins un des deux écrivains représentés me semble important pour s’accrocher jusqu’au bout.

> En revanche, ce roman offre un point de vue et des informations complémentaires (ou pas si on ne sait rien d’elle en premier lieu) sur ce qui animait Nuala O’Faolain, sur les raisons de ses choix de vie. Cela vient compléter l’image que l’on s’en fait grâce à ses livres : celle d’une femme déterminée, indépendante et passionnée mais aussi d’une femme blessée qui ne pouvait passer l’éponge. Et il est en effet beaucoup question dans ce livre de l’héritage familial des deux auteurs et de la répercussion que celui-ci eut sur leurs vies. Quand l’un a décidé de compter sur son frère pour entretenir la mémoire, l’autre ne veut pas lâcher l’affaire et brûle encore de rage en vouant aux flammes de l’enfer ses parents.

En résumé, ce livre est intéressant mais trop fouillis ; on se perd dans des détails dont l’intérêt reste à démontrer et si les changements de sujets ne sont pas gênants en soi, la narration atone nous fait souvent flirter avec l’enlisement.

A lire si vous aimez au moins un des deux écrivains ou souhaitez les découvrir ; dans le cas contraire, c’est une lecture optionnelle.

« Mais qui suis-je pour décrire son existence ? […] Tout ce que je peux dire, c’est : Lisez ses livres ; voilà la femme qu’elle était. C’est son histoire, contée avec ses propres mots, vous ne trouverez pas mieux. »