Recevoir la newsletter

Les filles des autres – Amy Gentry

Les filles des autres – Amy Gentry

Les filles des autres – Amy Gentry
 (Good As Gone, 2016)
Editions Robert Laffont, collection La Bête noire, 2017, 336 pages
Traduction de Simon Baril


Êtes-vous bien certaine de connaître votre fille ? D'ailleurs, est-ce vraiment la vôtre ?
À 13 ans, Julie Whitaker a été kidnappée dans sa chambre au beau milieu de la nuit, sous les yeux de sa petite soeur. Huit ans plus tard, voilà qu'une jeune femme pâle et amaigrie se présente à la porte : c'est Julie. Anna, la mère, est très vite assaillie de doutes.
 
Dès les premières pages, le lecteur est happé par ce premier roman à l’intrigue haletante. Il y a des erreurs de débutante - elles n’ont pas manqué m’agacer - mais l’ensemble est suffisamment bien ficelé pour que l’on passe outre et profite agréablement de la lecture.
 
Mon plus gros regret concerne, d’une façon générale, la construction du roman peu subtile et le choix narratif final qui ajoute de la lourdeur et tue dans l’œuf le rythme. D’une façon générale, c’est beaucoup trop explicatif.
Pour le reste, les personnages sont intéressants, leur psychologie est plutôt bien amenée. La plus grande réussite d’Amy Gentry est sa capacité à suggérer les zones d’ombres que nous avons tous et qui nous rendent parfois inaccessibles, mêmes à  nos proches (dont on peut douter du degré de proximité). Nous ne savons rien de nos enfants. Et cela est aussi vrai de l’enfant qui a grandi à nos côtés, que l’on a considéré comme « acquis », terrain connu. Mais peut-être faut-il aussi y ajouter l’idée que l’on ne se connaît pas soi-même, que l’on se leurre à notre propre sujet. Ces questions hantent essentiellement la mère, narratrice principale.
L’autrice évite pas mal d’ornières sur ces questions, sait rendre les situations complexes et surtout les réactions de chacun naturelles. C’est probablement ce qui rend ce roman si crédible alors même que la situation de départ ne m’a jamais tout à fait semblé réaliste.

Enfin, le suspense est bien ménagé et ce n’est pas la moindre des choses.

Une autrice à suivre ; un roman à découvrir.
 

Ce livre m’a été transmis par l’éditeur via NetGalley.