Recevoir la newsletter

L’ange et le cachalot – Simon Leys

ange et cachalot simon leys
L’ange et le cachalot – Simon Leys
Points Essais, 2002, 207 pages


Ce recueil d’essais peut sembler hétéroclite si ce n’est incohérent ; en vérité il est éclectique. Cette caractéristique se traduit d’ailleurs par le titre de l’ouvrage qui s’inspire de propos de Chesterton. En résumé, associer anges et petites fleurs des champs dénote une limitation de l’esprit quand rapprocher anges et cachalots nécessite « une vision assez sérieuse de l’univers. »


> Ce recueil a beau aborder des sujets très divers, un certain fil conducteur finit toujours par apparaître. Il peut être plus ou moins marqué selon les articles mais cela suffit pour ne pas donner le sentiment de lire un ouvrage sans queue ni tête. L'ensemble comporte quelques traits communs comme le langage, l’écriture, les différences culturelles et tout ce qu’implique l’univers de la traduction.

> L’ouvrage est découpé en trois parties : « Chine », « Littérature » et « Traduction (théorie et pratique) ».
Le premier sujet peut paraître complètement hors-propos et ne viser qu’à assouvir un plaisir égoïste. Or chaque partie comporte, à un moment ou à un autre, au moins une référence à la Chine sans que celle-ci ne soit jamais pour autant hors-sujet. C'est tout le talent de Simon Leys : nous faire partager ses connaissances et passions avec à propos.
La partie spécifiquement dédiée à la Chine évoque Confucius puis la calligraphie et, à travers cela, les différences de civilisations avec l’Occident.
Dans la section Littérature, l’auteur s’intéresse à cinq écrivains séparément (Balzac, Simenon, Malraux, Lawrence d’Australie – il n’y a pas d’erreur, et Evelyn Waugh).
Enfin, Traduction est une partie peu frustrante. En effet, un seul article est dédié aux questions théoriques. Les deux suivants sont des traductions de Simon Leys. Enfin, le dernier texte est la reprise de la préface qu’il avait rédigé pour un ouvrage traduit par ses soins, Deux années sur le gaillard d’avant de Richard Henry Dana.

> Ce recueil est passionnant, éreintant aussi parfois car il demande une certaine gymnastique intellectuelle, mais quel plaisir d’avoir le cerveau qui bouillonne !


Si vous êtes touche-à-tout, que la langue vous fascine, que le brassage d’idées et les parallèles vous stimulent, alors ce livre est pour vous.