Recevoir la newsletter

Victor Hugo vient de mourir – Judith Perrignon

Victor Hugo vient de mourir – Judith Perrignon
Victor Hugo vient de mourir – Judith Perrignon
Pocket, 2017, 165 pages
 
Judith Perrignon narre les dernières heures et les jours qui suivirent la mort de Victor Hugo jusqu’à son enterrement. L’écrivain connut la gloire de son vivant et sa mort fut un événement qui dépassait le monde littéraire. En effet, de par ses engagements, Hugo était aussi un homme de politique et son enterrement devînt une affaire d’Etat.
 
J’ai redécouvert Hugo en 2015 avec la lecture du Dernier jour d’un condamné ; j’ai poursuivi l’expérience en 2016 en lisant Claude Gueux.
Judith Perrignon nous offre un roman foisonnant, centré sur les réactions aux événements de personnages qui représentent différentes façons d’appréhender le monde. C’est une bonne façon d’évoquer les courants de pensées politiques et l’état de la société française de la fin du XIXe.
L’autrice souligne combien Hugo divise : si le petit peuple semble unanimement derrière lui, ceux qui sont impliqués d’une façon ou d’une autre à titre politique (ou syndical, etc.) ont des avis plus nuancés. On reproche essentiellement à Hugo de n’avoir été que demi-mesure, de vivre dans les beaux quartiers, de ne pas avoir suffisamment utilisé sa renommée pour infléchir les décisions politiques. Pourtant, il paraît difficile de le bouder très longtemps, ne serait-ce que par opportunisme : l’engouement du peuple montre de quel côté penche la balance.
 
Perrignon brosse les grandes lignes de la vie de Hugo et ses tragédies intimes ; sauf à tout ignorer de l’écrivain, on peut amplement comprendre le récit, ses implications, sans être un hugolien chevronné. Au contraire, l’autrice donne envie d’en savoir plus aussi bien sur l’homme que sur son œuvre.
Passant de l’intime (la famille) au grandiose (l’hommage national), d’un destin individuel à celui d’une Nation, Judith Perrignon raconte avec une passion à laquelle on se laisse prendre en dépit de quelques brefs moments de flottement.
 
Accessible et prenant, Victor Hugo vient de mourir est un roman qui mérite le détour.