Recevoir la newsletter

Eureka Street – Robert McLiam Wilson

Eureka Street - Robert McLiam Wilson
Eureka Street – Robert McLiam Wilson
Vintage, 1998, 396 pages
(VF : même titre – 10/18)


All stories are love stories.

L’intrigue se déroule à Belfast, ville singulière au cœur du roman, avant puis après les derniers cessez-le-feu.
Nous suivons Chuckie Lurgan, gros, protestant et pauvre qui devient soudainement riche suite à des manœuvres douteuses mais tout à fait légales ; ainsi que Jake Jackson, catholique, ancien dur mais aussi cœur d’artichaut qui n’a pas de chance avec les femmes.

C’est un roman magnifique, merveilleusement bien écrit, qui vous attrape par le col dès les premières pages et ne vous lâche plus jusqu’à la dernière. On me l’avait recommandé il y a plus de dix ans et je ne sais pourquoi, j’étais persuadée qu’il n’était pas pour moi.

Comme les sentiments ambivalents que la ville inspire (c’est une vraie lettre d’amour que lui écrit l’auteur), l’histoire est à la fois tendre, drôle et noire. C’est aussi une ode à la vie, la vie malgré tout, malgré les bombes et la bêtise d’extrémistes de tous bords.

On y croise des personnages inoubliables, un chat plus vrai que nature, une scène de restaurant mythique (j’ai cru m’étouffer tellement je riais) et bien d’autres choses, y compris dans les détails qui rendent l’ensemble très vivant.
Le roman est d’ailleurs très bien conçu, avec une atmosphère différente dans la « première partie » et dans la « seconde » (il n’y a pas de délimitation formelle), ou encore dans « l’interlude ». Emotionnellement, ce sont les montagnes russes et l’on ressort du livre essoré et un brin euphorique.


Ce roman m’a touchée au-delà des mots. C'est tout simplement un petit chef d'oeuvre.


Belfast – only a fumble of streets and a few big bumps in the ground, only a whisper of God.