Recevoir la newsletter

Le don des morts - Danièle Sallenave


Le don des morts
Gallimard, 1991, 190 pages


Sous-titre : Sur la littérature

Cet essai n’est rien de moins qu’une merveille. La quatrième de couverture a été rédigée par l’auteur et je vous invite à la lire ici. La tentation est forte de ne rien ajouter tant cette quatrième dit tout, tant elle révèle le ton très direct de Sallenave et ses convictions, à commencer que la littérature et la vie sont un tout et ne devraient pas être opposées, mais aussi que la lecture n’est pas une frivolité, un passe-temps innocent.


La littérature aide à vivre et inscrit le lecteur dans l’universalité et l’intemporalité. Elle relie les humains et donne à leurs existences une dimension supérieure que le quotidien à lui seul ne peut atteindre ; la littérature transfigure l’être.

A noter que les admirateurs de Bourdieu ne devraient pas vraiment apprécier cet ouvrage ...


«  Il s’agit de s’adjoindre les livres, non pour changer de vie, mais pour changer la vie. Tout le reste masque la douleur de la vie ordinaire : seuls les livres la métamorphosent. »


Les livres sont « le don que nous font les morts pour nous aider à vivre. »


Ceci n'est pas à proprement parler une chronique mais plutôt un hommage à un livre qui exprime mes convictions bien mieux que je ne saurais le faire. 
Ce billet est aussi une invitation à vous emparer de cet ouvrage, à vous y perdre, à y trouver la vie.